Alors que les questions environnementales et sociétales sont au cœur des politiques publiques, la directive européenne de 2014 a mis en place la DPEF ou déclaration de performance extra-financière. En quoi consiste la DPEF ? Qui est concerné par cette mesure ? Comment rédiger sa DPEF ? Retour sur ce document qui pose question dans de nombreuses entreprises.

Qu’est-ce que la DPEF ?

La déclaration de performance extra-financière remplace, depuis 2017, le rapport RSE prévu par la loi Grenelle II. La DPEF est une résultante de la directive européenne de 2014 sur la transparence et la publication d’informations extra-financières. Avec la DPEF, les entreprises qui rentrent dans le périmètre réglementaire rendent compte de leurs performances concernant les enjeux, sociaux, environnementaux et de gouvernance, qu’elles considèrent matériels. Concrètement, cette déclaration a pour objectif de rendre plus lisible et précise la performance des entreprises sur les questions RSE identifiées. Inscrit dans une démarche pour un développement durable, les informations RSE se déploient sur quatre axes : social, environnemental, économique et éthique.

Qui doit publier la DPEF ?

Que l’entreprise soit cotée en bourse ou non, la DPEF peut être une obligation pour cette dernière. Si l’entreprise est cotée en bourse, elle est concernée par la DPEF si elle compte plus de 500 salariés, et que son bilan dépasse les 20 millions d’euros, ou bien son chiffre d’affaires net est supérieur à 40 millions d’euros. Si l’entreprise est non cotée en bourse, elle est concernée par la DPEF si elle compte plus de 500 salariés, et que son bilan ou son chiffre d’affaires est supérieur à 100 millions d’euros.

Quelles différences entre la DPEF et le rapport RSE ?

Si la DPEF est obligatoire pour certaines entreprises, le rapport RSE reste toujours d’actualité pour les sociétés non soumises. Le rapport RSE a pour objectif de valoriser ses engagements en matière de développement durable, au même titre que la DPEF mais de manière volontaire sans contrainte sur le contenu.

La DPEF rend compte notamment du business model, des risques significatifs identifiés par l’entreprise et les politiques mises en place pour y répondre. Avec la DPEF, l’entreprise facilite et crée des liens entre sa direction RSE, sa direction des risques et sa direction générale. Ainsi, les enjeux RSE sont davantage ancrés dans la stratégie de l’entreprise. Tous deux complémentaires, ces deux documents ne sont pas seulement des exercices de reporting pour les entreprises, mais sont des éléments cruciaux pour la communication interne et externe d’une société.

Pourquoi et comment rédiger sa DPEF ?

Au-delà de son aspect obligatoire pour certaines entreprises, la DPEF peut être envisagée comme le point de départ pour structurer sa démarche de reporting extra-financier.En effet, l’objectif de la déclaration de performance extra-financière est de rendre compte de la performance des politiques RSE mises en place au regard des objectifs que l’entreprise s’est fixé. Ainsi, la DPEF est un formidable moyen d’envisager une stratégie globale qui serait source de croissance.

Pour une entreprise, la DPEF peut être un moyen efficace de se différencier des concurrents et d’améliorer son image. La DPEF aide les entreprises à s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue. La déclaration de performance extra-financière n’est plus seulement un document administratif obligatoire, mais bel et bien un levier de performance et de réussite pour l’entreprise.

Une solution performante

Et si vous optiez pour une solution reconnue pour ses performances ? Pour la mise en place de votre DPEF, nous vous conseillons kShuttle, une solution adoptée par les plus grands groupes, et qui a prouvé son efficacité au fil du temps. Présente en France et à l’international, la société développe des outils spécialisés dans la gestion des problématiques financières et extra-financières.